TIJDSCHRIFTEN


BWaarheden over het verleden en de toekomst
Albert Paternostre, tijdschrift 2/2001

Men heeft soms een zetel nodig om niet achterover te vallen.

Het ongelooflijke kan ons verassen, ofwel omdar de kwaliteit van de aangesprokene ons niet toelaat te twijfelen aan zijn historische kennis ofwel omdat het onderwerp waarover er al zoveel werd gedebatteerd als algemeen bekend wordt beschouwd.
En toch!

Enkele dagen geleden had ik een discussie met een licentiaat wijsbegeerte, werkzaam als journalist (een medische weliswaar), over de gebeurtenissen van de tweede wereldoorlog.

Men moet hier specificeren dat mijn journalist Belg van geboorte, 65 jaar oud, de zoon is van een Franse officier, oorlogsgevangene in 1940.

Wij spraken over de capitulatie van het Belgisch leger op 28 mei en over de vijandelijke gevoelens gekoesterd in Frankrijk jegens de Belgen die de “slechte” gedachte hadden het Nationale territorium te verlaten om een onderkomen te vinden bij hun zuiderburen.

Dat is allemaal de schuld van “Lilian” beweerde mijn journalist. Verwonderd antwoordde ik dat “Lilian”, zoals hij haar noemde, daar niets mee te maken had omdat zij in die tijd praktisch onbekend was bij Leopold III.

De reactie van de Fransmannen was begrijpelijk na de redevoering op de radio van hun Eerste Minister, die de Koning beschuldigde van verraad en dat hij zogezegd had gecapituleerd zonder de Geallieerden op voorhand te verwittigen. Dit was onjuist. De Heer Reynaud was ervan op de hoogte. Maar men moest een zondebok vinden om later de erbarmelijke situatie van het Franse leger te kunnen verantwoorden na de catastrofe van Sedan op 13 mei.

“Trouwens, de Belgische Eerste Minister heeft kort daarop bijna dezelfde redevoering gehouden”. Ik was er paf van. Hoe is het mogelijk dat een ontwikkelde Belg de historische waarheid niet kent en dit 60 jaar na de gebeurtenissen.

Vele boeken, artikels geschreven door Belgische, Britse als ook Franse historici bevestigen dat de bondgenoten wel op de hoogte werden gebracht van de onmogelijke situatie van het Belgisch leger en dat de capitulatie nabij was. Het was de enige mogelijkheid om een bloedbad te vermijden in dat laatste stukje België.

Onze ministers waren wel op de hoogte van de feiten, en als het hoofd van de regering in de zin van de franse Minister sprak, was het waarschijnlijk onder dwang, en dat hij niet de moed had om de eer van de Koning te verdedigen. Het is te noteren dat het geschil tussen de Koning en de Ministers (Wijnendaele 25 mei), sloeg op de door de vorst in te nemen houding in het geval van capitulatie van het leger. Koning Leopold III verkoos bij zijn legeer te blijven wat er ook gebeurde. Dat was niet de mening van de ministers.

Vandaag de dag, terwijl initiatieven worden voorgesteld of genomen door politiekers die al onze instellingen en onze tradities in verwarring willen brengen, die uitmaken dat wij Belgen zijn en geen Fransen, Nederlanders of Duitsers, al dienen we open te staan tegenover de anderen, is het onze plicht te herhalen dat de waarheid haar rechten heeft zelfs als deze lastig is voor sommigen. Anderzijds is het ook goed te bevestigen dat de Monarchie deel uitmaakt van ons Patrimonium en verdedigd moet worden tegen extremisten van alle strekkingen.

Aarzel niet, actief, een stelling te nemen.

TERUG
BULLETINS


Vérités du passé et Avenir
Albert Paternostre, bulletin 2/2001

Il faut parfois s’assurer d’un siège derrière soi pour qu’en tombant d'étonnement on ne se fasse point mal.

L’incroyable peut nous surprendre, soit que la qualité de l’interlocuteur ne nous autorise pas à douter de ses connaissances, fussent-elles historiques, soit que le sujet de la conversation ait été tellement débattu qu’il en est devenu un lieu commun.

Et pourtant !

Il y a quelques jours à peine, un échange de vues avec un licencié en philosophie, journaliste de métier (médical il est vrai) avait comme objet les événements de la seconde guerre mondiale. Il faut spécifier que « mon » journaliste, belge de naissance, âge de 65 ans, est fils d’un officier français devenu prisonnier de guerre en 1940.

Nous parlions de la capitulation de l’armée belge le 28 mai et de l’hostilité qu’avaient rencontré en France, du jour au lendemain, les Belges qui avaient eu la malencontreuse idée de quitter le territoire national pour se réfugier chez leurs voisins du Sud.

« Tout cela a été la faute de Lilian » me dit mon interlocuteur. Étonné je lui répondis que « Lilian » comme il l’appelait n’avait rien à voir là-dedans puisqu’elle était pratiquement inconnue du roi Léopold III à cette époque. La réaction des Français - et de leur part on pouvait peut-être la comprendre, - reposait sur le discours prononcé à la radio par leur Premier Ministre qui avait accusé le Roi des Belges, de félonie parce qu’il avait prétendument, capitulé sans avertir les Alliés. Ce qui était tout à fait contraire à la vérité. Monsieur Reynaud devait le savoir ; mais il fallait trouver un bouc émissaire pour pouvoir exposer un peu plus tard, la situation désastreuse dans laquelle se trouvait l’armée française, à la suite de la percée de Sedan le 13 mai.

« D’ailleurs, le Premier Ministre belge a prononcé un discours, peu après, allant dans le même sens ». J’en suis resté pantois. Comment peut-il se faire que 60 ans après ces événements, un Belge cultivé ignore à ce point la vérité historique ?

De nombreux livres, articles ont été écrits par des historiens belges, britanniques et aussi français d’où il ressort que les Alliés ont été avertis à temps de la situation intenable dans laquelle se trouvait l’armée belge et que la reddition était proche. Elle devenait la seule solution possible pour éviter des massacres inutiles, dans ce nouveau réduit belge.

Nos ministres étaient bien au courant de la situation et si le chef du gouvernement a abondé dans le sens dicté par le ministre français, c’est sans doute qu’il parlait sous la menace d’une épée dans les reins et qu’il n’a pas eu le courage de défendre l’honneur du Roi. À noter que le différend entre le Roi et les ministres, le 25 mai à Wijnendaele, portait sur la conduite à tenir par notre souverain en cas de capitulation de l’armée. Le roi Léopold III avait choisi de rester avec son armée quoi qu’il arrive. Ce n’était pas l’avis des ministres.

À l’heure actuelle alors que des initiatives sont prises ou suggérées par des hommes politiques, qui tendent à bouleverser non seulement nos institutions mais aussi nos coutumes ancestrales qui font que nous sommes Belges et non Français, Hollandais ou Allemands, même si nous devons être ouverts vers les autres, il est de notre devoir de rappeler que la vérité a ses droits même si elle peut déplaire à certains. D’autre part, il est bon aussi d’affirmer que notre Monarchie est un bien inaliénable et qu’elle doit être protégée n’en déplaise aux extrémistes déclarés ou non. N’hésitons pas à monter au créneau…

RETOUR


(c) Copyright - Pro Belgica vzw-asbl - 2008.